Pourquoi le choix d’un suivi ostéopathe dans une préparation sportive ? “Témoignage”

Pourquoi le choix d’un suivi ostéopathe dans une préparation sportive ?

 Pour expliquer ma décision d’être suivi par un ostéopathe, je dois revenir en arrière.  En 2013, je me suis préparé pour un marathon.  La préparation est structurée sur 8 semaines d’entrainement spécifique, tout se passait très bien, mais la dernière semaine, j’ai malheureusement eu une légère entorse à la cheville, lors de ma dernière longue sortie.

Sur le moment, je ne me suis pas tracassé, mais quelques minutes plus tard, j’ai ressenti une forte douleur à la cheville et la douleur remontait sur le jambier antérieur.

Evidemment, la douleur s’est amplifiée et j’ai dû renoncer à prendre le départ d’une course que j’avais préparé pendant 7 semaines.

Après cela, j’ai été voir mon ostéopathe, qui, dans un premier temps m’a conseillé de faire une synthigraphie, pour s’assurer que ce n’était pas une fracture de fatigue.  Ensuite, vu les résultats négatifs de l’examen médical, nous nous sommes revus, il m’a manipulé et après quelques jours, m’a conseillé de courir quelques kilomètres et la semaine suivante je reprenais l’entrainement normalement.  (Le problème étant que lors de mon entorse un os s’était déplacé et me bloquait dans certains mouvements).

En 2014, un gros rendez-vous sportif m’attendait et avec cela une assez grosse préparation sur 8 mois, progressif.  Cumulant plusieurs disciplines, et demandant donc des efforts musculaires différents, j’ai pris la décision avec mon entraineur, de me faire suivre mensuellement par mon ostéopathe.  Comme à chaque fois, lors des premières visites, il y avait plusieurs « réglages », et au fur et à mesure, juste quelques ajustements.  Au final, je suis arrivé au départ de la course sans aucun problème.

En conclusion, je suis convaincu que lors de n’importe quelle préparation, ou simplement lors d’une douleur inhabituelle, le suivi ostéopathique est primordial.  J’ai appris que d’une  douleur bénigne, cela pouvait se dégrader rapidement.  J’ai également appris qu’une douleur à la nuque pouvait avoir un lien avec une autre douleur complètement opposée.  Enfin, j’ai appris que je pouvais gagner beaucoup de temps : là où un médecin me conseillerait du repos et peut-être des médicaments, mon ostéopathe, en arrivant chez lui sans rien dire,  peut, bien souvent, mettre le doigt sur la douleur.

Encore merci à Sébastien Julémont pour ses bons conseils.

 

Maurice (sportif).